Casino et superstition

Les superstitions pour attirer la chance ou conjurer le mauvais sort ont réussi à traverser les âges. Aujourd’hui, ces pratiques sont encore bien présentes dans les cultures, comme par exemple toucher du bois, posséder un trèfle à quatre feuilles ou une patte de lapin, croiser les doigts…

Une récente étude américaine a à ce sujet dévoilé qu’une majorité d’américains croyait à une superstition minimum. Qu’en est-il des adeptes de jeux de casino qui évoluent dans un milieu où la chance reste très présente ?

Dans les casinos terrestres et virtuels, il n’est pas rare de voir des joueurs éviter de miser sur certains chiffres (notamment le nombre 13) ou certaines couleurs, de porter des objets porte-bonheur ou alors d’utiliser certains gestes pour favoriser la chance : secouer et insulter les dés, ne pas regarder la partie en cours etc. D’autres refusent également de s’installer à des tables de jeux vernies, de croiser les jambes ou encore d’accepter les billets de 50.

Cependant, ces gestes et ces pratiques diffèrent d’un pays à l’autre. Au Japon, c’est par exemple le chiffre 4 qui est censé apporter la malchance et non le chiffre 13. En Chine, un pays où est né une multitude de jeux d’argent comme les jeux de keno ou de pai gow, porter des vêtements rouges et allumer l’ensemble des lumières de sa demeure avant une partie seraient synonyme de chance. En revanche, se laver les mains ou enlacer quelqu’un avant de jouer apporterait malheur aux joueurs.